Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 juin 2007 7 10 /06 /juin /2007 05:26






couv-UC.jpg



Présentation


Dans de multiples milieux sociaux, des femmes et des hommes ont engagé ces dernières décennies une révolution pour vivre des relations nouvelles, plus égalitaires, du moins qui essaient d’être différentes des modèles hérités du patriarcat et de la domination masculine. Forcé-e-s de bricoler le quotidien, la vie de couple semble être pour eux, et pour elles, une des dernières utopies de la modernité individualiste qui est la nôtre.
Reprenant les acquis des études sociologiques qui s’intéressent au genre, ce livre fait état des changements masculins et féminins, analysant les obstacles encore actuels liés à nos manières de penser et de vivre masculinités et féminités, maternités et paternités, virilisme et maternitude. Et ce, que l’on soit un homme ou une femme.
Puis, à la lumière des nouvelles manières de vivre le couple, le livre interroge l’utopie conjugale elle-même. Comment analyser ce que vivent aujourd’hui les couples, quelles qu’en soient les formes ? Qu’en est-il des recompositions familiales ? Comment se vivent les mises en couples successives ? Quels ont été les apports des réflexions sur les couples gays et lesbiens ?  Quelle est la place des rencontres sur internet dans la mise en couple  ? Qu’en est-il des violences conjugales dans les nouvelles formes d’unions ? Quels rapports entre vie conjugale, parentalités et sexualités ?
A l’opposé des analyses totalitaires qui essaient de nous imposer la vision d’un modèle de couple unique, souvent teinté de moralisme et de victimologie, le livre décrit la diversité des situations actuelles. Hommes et femmes inventent aujourd’hui les formes d’unions de demain. Le livre en démontre l’extrême richesse.

Ecrit par un des rares spécialiste francophone des hommes et du masculin, Professeur de sociologie à l’Université de Toulouse, auteur de nombreux ouvrages sur le genre (dont les derniers : les hommes aussi changent et La planète échangiste chez Payot), ce livre se veut allier réflexions critiques et descriptions  pratiques des obstacles plus ou moins surmontés que rencontrent hommes et femmes dans leurs quêtes d’égalités conjugales.

 


Les utopies conjugales
Introduction


La mise en couple, mais surtout la vie à long terme à deux semble être une des dernières utopies de la modernité individualiste qui est la nôtre. Slalomant entre une divorcialité importante, une recherche éperdue du moi, des carrières professionnelles qui imposent couramment des déplacements importants et des exigences nouvelles dans les rapports hommes/femmes et hommes/hommes ou femmes/femmes — ce que nous appelerons ici des rapports de genre — hommes et femmes courent après des formes de vies conjugales aux contours incertains. Le nombre important d’hommes et de femmes qui vivent seul-e-s, la croissance des nouveaux dispositifs de rencontre, parfois véritable marché des solitudes, comme les multiples articles et ouvrages qui traitent du couple et de ses problèmes, de l’amour, sont là pour témoigner des difficultés de mettre en place cette utopie conjugale.

Si la plupart des personnes que rencontrent les sociologues ont une claire conscience de l’obsolescence du modèle de la famille traditionnelle, expriment une recherche importante de nouvelles formes de possibles, peu d’ouvrages ont traité cette question à travers le prisme du « genre ». Bien sûr, la littérature féministe a exposé le point de vue des femmes, les difficultés des femmes qui font carrière, les obstacles que représentent pauvreté et obligation d’élever souvent seules les enfants pour d’autres, la volonté bien compréhensible qu’ont la grande majorité des femmes de mettre à bas machisme, virilisme et la domination masculine qui les engendre et les légitime. Mais dans ce type d’écrits, les hommes n’existent pas ou peu. Ils sont souvent présentés comme un bloc uniforme et homogène ; parfois même assimilés aux seuls hommes violents. Comme si la situation des femmes et des hommes, leurs rapports sociaux, n’étaient pas interactifs. Comme si la domination masculine n’était pas un cadre social qui se recompose au rythme des luttes collectives, des révoltes individuelles, mais un carcan immuable qui se reproduit à l’identique. Voire pour certaines collègues plus portées sur la victimologie que sur l’analyse sociologique, comme si les luttes des femmes n’avaient servi qu’à accroître la domination des femmes. Dans d’autres écrits ne sont présentés que les couples hétérosexuels. Bien sûr — il ne faut surtout pas pouvoir être présenté comme homophobe — une note de bas de page veut nous faire croire que les réflexions présentées pour les couples hommes/femmes sont aussi valables dans les couples hommes/hommes, ou femmes/femmes. Pourtant, non seulement cela est faux mais surtout en procédant ainsi, sans même aborder les questions complexes liées aux bisexualités, les auteur-e-s s’interdisent de profiter des apports importants, des nouvelles réflexions et expériences amenées par les gais et les lesbiennes. Et pour ne pas devenir grincheux ou incorrect, je n’évoquerai pas ici l’ensemble des autres écrits où seuls certains points de vue masculins que l’on peut qualifier de « réactionnaires » (au sens littéral du terme) sont évoqués. Certains accusent les femmes et les féministes de tous les maux de la terre, en particulier on leur fait porter la responsabilité du trouble conjugal actuel. Dans d’autres, leur point de vue n’est ni exposé, ni pris en compte. Le point de vue des hommes, et de ceux-là en particulier, suffirait pour décrire ou changer le monde.

Mon propos est autre. Au terme d’une vingtaine d’années de recherche sur les rapports sociaux de sexe, le genre et les sexualités, et en adoptant volontairement une attitude positive sur ce qui est communément appelé l’égalité des sexes, j’aimerais approfondir ce qui semble, de mon point de vue, constituer des obstacles à la réalisation du couple postmoderne. Bien sûr, et justement parce que c’est une utopie — ou plus exactement comme nous le verrons dans ce livre une « hétérotopie » —, je ne prétends pas présenter un livre de recettes conjugales ou sexologiques. Simplement essayer de déplier ce qu’il en est — du moins ce que les sociologues ont trouvé — des difficultés des hommes et des femmes, c’est-à-dire des personnes socialisées comme telles, à atteindre cet idéal d’égalité et d’altérité dans une vie commune. Et ceci sans tabou, en abordant autant la banalité du quotidien que représente l’épreuve du ménage, du propre et du rangé, les obstacles que sont les violences dans le couple ou, de manière plus ludique, les questions de sexualités (le pluriel, on le verra, s’impose).



Du même auteur

AUX ÉDITIONS PAYOT

Les hommes aussi changent (2004)
Les hommes violents (2005)
Arrête ! tu me fais mal ! La violence domestique en 60 questions
et 59 réponses (2005)
La planète échangiste, les sexualités collectives en France (2005)


Du même auteur : les autres livres :

De Daniel Welzer-Lang
— 1988 : Le Viol au Masculin, Paris, l'Harmattan.
— 1993 : Les Hommes à la conquête de l'espace domestique, Montréal, Paris, Le Jour, VLB (avec Jean-Paul Filiod).
— 1994 : Prostitution, les uns, les unes et les autres, Paris, Anne-Marie Métaillé (en coll. avec Lilian Mathieu et Odette Barbosa).
— 1996 : Sexualités et Violences en prison, ces abus qu'on dit sexuels en milieu carcéral, Observatoire International des Prisons, Lyon, éditions Aléas (avec Lilian Mathieu et Michaël Faure).
— 1998 : Violence et masculinité, Montpellier, éditions Scrupules (avec David Jackson).
— 2000 : Un mouvement gai dans la lutte contre le sida : les Sœurs de la Perpétuelle Indulgence, Paris, l'Harmattan, coll. « logiques sociales » (avec Jean-Yves Le Talec et Sylvie Tomolillo)




Ouvrages dirigés
— 1992 : Des Hommes et du Masculin (avec Jean-Paul Filiod), Aix en Provence - Université de Provence - CREA, Université Lumière Lyon 2, CEFUP, Presses Universitaires de Lyon, (Bulletin d'informations et d'études féminines, n.s.).
— 1994 : La Peur de l'autre en soi, du sexisme à l'homophobie (ouvrage collectif coordonné avec Pierre Dutey et Michel Dorais), Montréal, VLB.
— 1996 : Les faits du logi : épistémologie et socio-analyse de la condition de l'opérateur (avec Laurette Wittner), Lyon, éditions Aléas.
— 1999 : Prostitution et santé communautaire, essai critique sur la parité, Lyon, éd. Le Dragon Lune, (avec Martine Schutz Sanson).
— 2000 : Nouvelles Approches des hommes et du masculin, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, coll. « féminin & masculin ».
— 2003 : Genre et sexualité, Paris, L’Harmattan (avec Gérard Ignasse).

==


Partager cet article

Repost 0
Published by dwl - dans livres
commenter cet article

commentaires